Les forces armées britanniques sont confrontées à un déficit de financement d’équipement de près de 22 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, d’après un organisme de surveillance.

Follow
( 0 Followers )
X

Follow

E-mail : *

LONDRES — Les forces armées britanniques seront confrontées à un déficit de financement d’équipement de 17 milliards de livres (21,6 milliards de dollars) au cours des dix prochaines années, a affirmé lundi un organisme de surveillance des dépenses publiques, une préoccupation pour les chefs de la défense à une époque de risque géopolitique accru.

Le National Audit Office (NAO) estime le budget destiné aux nouvelles armes et équipements à 305,5 milliards de livres pour 2023-2033, soit 16,9 milliards de livres de plus que le budget, soit le déficit le plus important depuis son premier rapport en 2012.

La montée en flèche des coûts des programmes nucléaires et navals, tandis que la Grande-Bretagne travaille à une dissuasion nucléaire de changement, a effectué accroître le futur budget, a indiqué le NAO. Cela s’est traduit par une « détérioration marquée » de la situation financière du ministère de la Défense (MOD).

Le conflit menée par la Russie en Ukraine a mis en évidence l’obligation de dépenses soldats supplémentaires dans toute l’Europe, la Grande-Bretagne étant un allié important et un fournisseur d’équipement militaire à Kiev. Elle a aussi investi dans l’amélioration de son propre état de préparation des équipements et dans l’expansion de ses installations de munitions.

Le gouvernement a augmenté ses dépenses de défense de 5 milliards de livres supplémentaires plus tôt cette année, les portant à environ 2,25 % du produit intérieur brut cette année et l’année prochaine. C’était environ 2 %.

L’augmentation des futurs coûts d’équipement – estimée par le ministère de la Défense à hauteur de 10,9 milliards de livres sterling d’augmentation des coûts – quand l’inflation est élevée, le budget deviendra toujours sous pression.

“Le ministère de la Défense reconnaît que son plan d’équipement pour 2023-2033 est inabordable”, a affirmé Gareth Davies, directeur du NAO, dans une déclaration.

Le NAO a affirmé que les décisions a propos l’abandon ou la réduction de projets susceptibles d’être jugés “inabordables” ne devraient pas être différées parce que cela risquerait de “mauvais rapport qualité-prix”.

Le déficit budgétaire serait peut-être davantage élevé, a indiqué le NAO, parce que le plan d’équipement qu’il a étudié n’inclut pas des éléments tels que le coût du développement de nouvelles aptitudes ou la prolongation de la durée de vie de certains équipements, notamment des véhicules de bataille tels que le Warrior et le Challenger 2. REUTERS

Voir aussi

Une décennie après le décès de Mandela, son héritage pro-palestinien perdure

Follow ( 0 Followers ) X Follow E-mail : * Follow Unfollow JOHANNESBOURG – Quelques …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *