Israël rappelle les négociateurs après avoir atteint une « impasse » dans les pourparlers avec le Qatar

Follow
( 0 Followers )
X

Follow

E-mail : *
Les autorités israéliennes ont rappelé leur équipe de négociateurs du Qatar après avoir atteint une “impasse” dans les pourparlers visant à mettre fin aux combats à Gaza, d’après une déclaration publié par le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.”L’organisation terroriste du Hamas n’a pas rempli sa propre part dans l’accord, qui prévoyait le retour de toutes les femmes et enfants retenus en otages, conformément à une liste envoyée au Hamas et approuvée par lui”, indique le déclaration.Les négociateurs appartenaient à l’agence de renseignement israélienne du Mossad et le déclaration indique que c’est le chef de l’agence, David Barnea, qui a rappelé l’équipe.Les Palestiniens observent la démolition après le bombardement israélien dans le camp de réfugiés de Khan Younis, dans la bande de Gaza, le vendredi 1er décembre 2023. (AP Photo/Mohammed Dahman)Samedi, Israël pilonnait des cibles dans la moitié sud surpeuplée de la bande de Gaza et ordonnait l’évacuation d’un plus beaucoup de quartiers désignés pour l’attaque, augmentant ainsi le nombre de morts alors même que les États-Unis et d’autres l’ont appelé dans une lettre à faire encore plus pour protéger les civils de Gaza le lendemain. une trêve s’est effondrée.Au moins 200 Palestiniens ont été tués depuis la reprise des combats vendredi matin après une trêve d’une semaine avec le groupe militant Hamas en place sur la zone, d’après le ministère de la Santé de Gaza. Plusieurs maisons ont été touchées samedi à travers Gaza, provoquant de nombreuses victimes lors d’une frappe qui a rasé une maison dans la banlieue de de la ville de Gaza.Par ailleurs, le ministère a affirmé que le nombre total de morts à Gaza depuis le début de le conflit entre Israël et le Hamas le 7 octobre a dépassé 15 200, une forte hausse par rapport au précédent décompte de plus de 13 300 le 20 novembre. Le ministère a cessé de publier des mises à niveau quotidiennes du bilan global le 11 novembre, à la suite de perturbations de la connectivité et des opérations hospitalières liées à le conflit.Les Palestiniens pleurent leurs proches tués dans le bombardement israélien de la bande de Gaza, à l’hôpital de Khan Younis, le samedi 2 décembre 2023. (AP Photo/Fatima Shbair)Le ministère ne fait pas de différence entre civils et combattants, mais a affirmé samedi que 70 pour cent des morts étaient des femmes et des enfants. Environ 40 000 personnes ont été blessées au cours des deux derniers mois.Avec la fin de la trêve temporaire, Israël a été enjoint par les États-Unis, son plus très près allié, à faire encore plus pour protéger les civils palestiniens.Cet appel intervient après qu’une offensive aérienne et terrestre intense au cours des premières semaines de le conflit a dévasté de vastes zones du nord de Gaza, tuant des milliers de Palestiniens et en déplaçant des centaines de milliers. Quelque deux millions de Palestiniens, soit la quasi-totalité de la population de Gaza, sont maintenant entassés dans la moitié sud du territoire.Il n’était pas clair si l’armée israélienne tiendrait compte des appels à épargner les civils. L’armée a affirmé samedi avoir frappé plus de 400 cibles du Hamas à travers Gaza au cours de la journée écoulée, en utilisant des frappes aériennes et des bombardements depuis des chars et des navires de bataille de la marine. La fumée s’élève à la suite d’un bombardement israélien dans la bande de Gaza, vu depuis le sud d’Israël, le samedi 2 décembre 2023. (AP Photo/Leo Correa)Elle comprenait plus de 50 frappes dans la ville de Khan Younis et ses environs, dans la moitié sud de Gaza.Avec la reprise des combats, l’armée israélienne a publié une carte en ligne découpant la bande de Gaza en centaines de parcelles numérotées et a demandé aux habitants de se familiariser avec le numéro de leur emplacement avant les avertissements d’évacuation.Samedi, l’armée a utilisé la carte pour la première fois, répertoriant plus de deux douzaines de numéros de parcelles dans les zones autour de la ville de Gaza, au nord et à l’est de Khan Younis. Par ailleurs, l’armée a largué des tracts contenant des ordres d’évacuation sur les villes à l’est de Khan Younis.Un habitant de Khan Younis a affirmé qu’un voisin avait reçu un appel de l’armée l’avertissant que les maisons de la région seraient touchées et que tout le monde devait partir. “Nous leur avons dit : ‘Nous n’avons rien ici, pourquoi voulez-vous le frapper ?'”, a affirmé Hikmat al-Qidra, un habitant. Ils sont finalement partis et al-Qidra a affirmé que la maison avait été rasée.Les cartes et les tracts ont généré panique et confusion, particulièrement dans le sud très peuplé. Incapables de se rendre au nord de Gaza ou en Égypte voisine, leur seule issue est de se déplacer dans le territoire de 220 kilomètres carrés.”Il n’y a nulle part où aller”, a affirmé Emad Hajar, qui a fui le nord avec sa propre femme et ses trois enfants il y a un mois pour se réfugier à Khan Younis. “Ils nous ont expulsés du nord et désormais ils nous poussent à quitter le sud”.Amal Radwan, qui a trouvé refuge dans le camp de réfugiés urbain de Jabaliya, au nord de Gaza, a affirmé qu’elle n’était pas au courant d’une telle carte, ajoutant qu’elle et nombre immense d’autres n’avaient pas pu partir en raison des bombardements incessants. “Ici, c’est la mort et là c’est la mort”, a-t-elle déclaré.Otages et prisonniers échangés par Israël et le Hamas dans les dernières heures du cessez-le-feuIsraël déclare cibler les membres du Hamas et impute les pertes civiles aux militants, les accusant d’opérer dans des quartiers résidentiels. Il déclare avoir tué des milliers de militants, sans fournir de preuves. Israël déclare que 77 de ses militaires ont été tués pendant l’offensive terrestre dans le nord de Gaza.Samedi aussi, le Croissant-Rouge palestinien a affirmé avoir reçu des camions d’aide via le terminal de Rafah, le premier convoi depuis la reprise des combats. Wael Abu Omar, porte-parole de l’Autorité palestinienne des passages, a affirmé que 50 camions devaient entrer à Gaza, mais a affirmé qu’il n’y avait aucun camion de carburant parmi eux.”Les conditions actuelles ne permettent pas une réponse humanitaire significative et je crains que ce ne soit un désastre pour la population civile”, a affirmé Pascal Hundt, chargé des opérations à Gaza pour le Comité international de la Croix-Rouge, dans une déclaration.

Voir aussi

Jerrid Joseph Powell accusé des meurtres de sans-abri à Los Angeles

Follow ( 0 Followers ) X Follow E-mail : * Follow Unfollow Un homme de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *