COP28 : les États-Unis vantent leur leadership climatique tandis que la production pétrolière et gazière atteint un record

Follow
( 0 Followers )
X

Follow

E-mail : *

DUBAI – La vice-présidente américaine Kamala Harris a cherché samedi à revendiquer le rôle de leader mondial enterme de climat pour les États-Unis dans un discours prononcé lors du sommet COP28, énumérant une série d’initiatives visant à diminuer les émissions et à exploiter les énergies renouvelables chez le plus grand producteur mondial de pétrole et de gaz. .

Ce discours intervient durant la deuxième journée de discours consécutifs des dirigeants du monde durant la conférence de Dubaï, où près de 200 pays élaborent une approche internationale pour lutter contre le réchauffement climatique et débattent de la question de savoir si les combustibles fossiles devraient conserver un rôle dans l’énergie future. économie.

« Il y a deux ans, le président Joe Biden montait sur scène durant la COP26 et faisait un communiqué d’ambition : les États-Unis d’Amérique seront à nouveau un leader mondial dans la lutte contre la crise climatique », a affirmé Harris. “Depuis, les Etats-Unis ont transformé leurs ambitions en actions.”

Elle a énuméré plus de 400 milliards de dollars de subventions fournies par la loi de 2022 sur la réduction de l’inflation, la loi climatique phare de Biden, qui a déclenché un flot d’investissements dans les énergies propres. Elle a aussi annoncé une nouvelle promesse de don de 3 milliards de dollars au Fonds vert pour le climat, qui aide les états en développement à lutter contre le réchauffement climatique.

En marge de la conférence, les États-Unis ont aussi dévoilé de nouvelles mesures visant à diminuer les émissions du puissant gaz à effet de serre méthane provenant des opérations pétrolières et gazières.

“A ce jour, nous démontrons par l’action comment le monde peut et doit faire face à cette crise”, a affirmé Harris.

Les États-Unis, deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre derrière la Chine, ont connu ces dernières décennies une évolution des investissements dans des projets d’énergie propre allant des parcs solaires aux éoliennes et aux usines de batteries pour véhicules électriques.

Mais il est aussi devenu le plus grand producteur mondial de pétrole et de gaz – la principale source d’émissions climatiques – à la suite d’un boom du forage technologique dans le vaste bassin permien au Texas et au Nouveau-Mexique.

Cette coïncidence gênante met en lumière l’une des questions les plus controversées de la COP28 : la réponse mondiale au remplacement climatique peut-elle impliquer une utilisation continue des combustibles fossiles ?

Parmi les décisions que les nations devront saisir, il y aura celle de savoir si elles accepteront, pour la première fois, de neutraliser progressivement les combustibles fossiles et de les remplacer par des sources d’énergie renouvelables.

L’hôte de la COP28, les Émirats arabes unis, membre de l’OPEP, espère vendre une vision d’un avenir à faibles émissions de carbone qui inclut, et non rejette, les combustibles fossiles – avant tout avec l’aide de l’utilisation de technologies en capacité de capter le dioxyde de carbone pour le maintenir hors de l’atmosphère, ou en rendant les opérations pétrolières et gazières plus propres.

LES ENTREPRISES FOSSILES S’ENGAGENT À DÉCARBONER LES OPÉRATIONS

Les Émirats arabes unis ont affirmé samedi l’engagement de 50 sociétés énergétiques représentant environ 40 % de la production mondiale de pétrole à diminuer les émissions de méthane de leurs opérations à un niveau très près de zéro d’ici 2030 et à éliminer toutes les émissions de gaz à effet de serre de leurs opérations d’ici 2050.

La major pétrolière américaine Exxon Mobil et la société saoudienne Aramco faisaient partie des sociétés qui ont rejoint l’initiative, même si les deux avaient déjà préparé ces objectifs via leur adhésion à l’Oil and Gas Climate Initiative (OGCI).

Les militants pour le climat étaient sceptiques quant à ces promesses.

“Les accords zéro émission nette qui n’ont pas été étayés par des plans et ne sont pas ancrés dans la réglementation gouvernementale ne valent pas la peine d’être célébrés. Nous devons passer des promesses à la réglementation”, a affirmé Catherine Abreu, fondatrice de l’organisation à but non lucratif Destination Zero.

“Nous avons vu une longue histoire de compagnies pétrolières saisir des engagements climatiques qui ne se traduisent pas par de véritables actions.”

John Podesta, conseiller principal en énergie du dirigeant américain Joe Biden, a affirmé samedi à Reuters que la production américaine record contribuait à maintenir les prix à la consommation stables après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Il a également ajouté que les États-Unis avaient tenté de diminuer les forages sur les terres et les eaux publiques, mais avaient été repoussés par les tribunaux, et que la politique américaine était maintenant avant tout axée sur la limitation de la demande de pétrole.

“Nous sommes dans un contexte dans lequel nous devons diminuer la production de combustibles fossiles et (…) nous devons nous engager sur la voie d’une consommation plus faible. Nos politiques visent à y parvenir”, a-t-il déclaré.

La conférence de samedi a aussi été marquée par une série d’accords internationaux visant à rendre les systèmes énergétiques plus conforme du climat à travers le monde, notamment en stimulant les sources renouvelables et l’énergie nucléaire, et en supprimant le financement du charbon.

Ailleurs, les États-Unis faisaient partie d’un groupe de 56 pays à s’engager à saisir des mesures pour accélérer la décarbonisation d’ici 2030 dans des domaines tels que l’électricité, le transport routier, l’acier, l’hydrogène et l’agriculture.

___

Pour une couverture quotidienne complète de la COP28 dans votre boîte de réception, inscrivez-vous à la newsletter Reuters Sustainable Switch ici. REUTERS

Voir aussi

Une décennie après le décès de Mandela, son héritage pro-palestinien perdure

Follow ( 0 Followers ) X Follow E-mail : * Follow Unfollow JOHANNESBOURG – Quelques …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *