Elseddik, fils de Haftar libyen, se positionne pour la présidentielle

Follow
( 0 Followers )
X

Follow

E-mail : *

PARIS – Le fils aîné de l’homme fort de l’Est libyen Khalifa Haftar s’est déclaré lundi ouvert à une candidature à la présidentielle, mais a prévenu que des élections nationales au sein de l’OPEP ne pourraient avoir lieu que si le pays était stable et qu’un nouveau gouvernement unifié était en place.

La Libye connaît peu de paix ou de sécurité depuis le soulèvement soutenu par l’OTAN en 2011 et s’est divisée en 2014 entre les factions belligérantes de l’Est et de l’Ouest. Alors que le conflit d’ampleur ait été interrompue après un cessez-le-feu de 2020, il y a plusieurs peu de confiance entre les principaux dirigeants des factions.

De nombreux Libyens soupçonnent leurs dirigeants politiques de ne pas s’intéresser à un règlement durable ou à des élections qui pourraient les évincer des postes d’autorité qu’ils occupent depuis des années.

Elseddik Haftar, qui, contrairement à son père de 79 ans, n’a aucune responsabilité militaire, entretient de plus en plus son image publique et sur les réseaux sociaux, dans un contexte d’incertitude quant à savoir si son père a toujours l’intention de se présenter à la présidence dans le futur.

S’exprimant lors d’une interview, Elseddik, 43 ans, a défendu le rôle de sa famille dans le pays et a cherché à se présenter comme un représentant de la jeune génération libyenne.

“Je pense avoir tous les moyens pour soulager et stabiliser la Libye, et mettre en place la cohésion et l’unité des Libyens”, a-t-il déclaré à Paris par l’intermédiaire d’un interprète.

Lorsqu’on lui a demandé s’il serait candidat à une future élection présidentielle, il a répondu que tout dépendrait des conditions du moment, mais il a voulu être clair sur le fait que s’il se présentait, il représenterait tous les Libyens.

“Si les Libyens voient que je peux ajouter de la valeur, changer les choses… alors pourquoi pas ?”

Avant que les élections présidentielles puissent avoir lieu, les Nations Unies font pression pour des élections législatives dans tout le pays. Le 22 août, il a indiqué qu’avant une telle démarche, il fallait d’abord un gouvernement unifié, convenu par tous les principaux acteurs, pour conduire le pays aux élections.

Le gouvernement libyen d’unité nationale (GNU) internationalement reconnu à Tripoli, dirigé par Abdulhamid Dbeibah, n’a pas été accepté par le parlement basé dans l’est depuis début 2021 après une tentative infructueuse d’organiser des élections nationales.

Haftar a affirmé qu’il n’avait pas de problème « personnel » avec le gouvernement existant, mais qu’il fallait qu’un nouveau gouvernement de technocrates soit en place avec une mission claire pour préparer les élections.

“Nous ne pouvons pas organiser d’élections avec le gouvernement Dbeibah. C’est impossible”, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il ne s’opposait pas aux lois électorales actuelles qui attendent d’être approuvées par le Parlement.

Les dangers du conflit non résolu en Libye sont apparus le mois dernier quand des factions armées se sont battues à Tripoli, tuant 55 personnes lors des pires combats depuis des années.

Haftar a affirmé qu’il ne pourrait y avoir d’élections sans que la situation sécuritaire ne soit stabilisée dans tout le pays.

“S’il n’y a pas de stabilité, les élections ne seront pas libres”, a-t-il déclaré. REUTERS

Voir aussi

Acapulco, au Mexique, frappée par un empilement d’ordures après un ouragan meurtrier

Follow ( 0 Followers ) X Follow E-mail : * Follow Unfollow ACAPULCO, Mexique – …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *